PUBLICATIONS

Transmission Tariff Regulation

A Seminar on Transmission Tariff Regulation took place on the 28/03/2018, at the Mansel hotel. This seminar, in which about 22 members of staff from ARSEL participated, was animated by Dr. William GBONEY, from Ghana.

Problème de surfacturation : L’ARSEL demande à ENEO de corriger les dysfonctionnements

C’était au cours d’une séance de conciliation réunissant l’opérateur Eneo et 38 de ses abonnés tenue le mercredi 07 mars 2018 dans la salle des conférences de l’ARSEL. Occasion pour le régulateur d’assurer son rôle de protection du consommateur.

Délégués du personnel : Le personnel de l’ARSEL a choisi ses représentants.

Très disputées cette année, les élections des délégués du personnel de l’ARSEL ont donné lieu à un coude à coude très serré dans le 2e collège. La liste NGONO n’arrivant en tête que grâce à une voix d’écart, par rapport à la liste MBEUKA. Les deux listes ont en effet obtenu respectivement 13 et 12 voix.

Formation BADGE : Régulation de l’Energie dans les Pays Francophones.

Les personnels de l’ARSEL, recrutés par l’Association pour la Formation dans les Industries de Réseau (AFRIR), ont tenu leur 2nde session de formation BADGE- Régulation de l'Energie dans les Pays Francophones à Paris les 05-18 février 2018 dans les locaux de l'école des mines de Paris (MINES Paris Tech).

Accès à l’électricité : Les avantages de l’énergie solaire

L’accès à l’énergie et plus particulièrement à l’électricité est une condition indispensable pour le développement économique et sanitaire d’un pays. Or, si la consommation d’énergie finale a presque doublé depuis les années 1970, la part des pays pauvres n’a cessé de se contracter.

Ajourd’hui, on estime à 2 milliards le nombre de personnes qui ne disposent pas d’un accès à l’énergie suffisant pour vivre dans des conditions correctes, et à 1,6 milliards le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’électricité.

En Afrique, ce sont 80% de la population rurale, soit quelque 600 millions de personnes, qui n’ont pas accès à l’électricité. Avec des conséquences sanitaires et environnementales dramatiques. Faut-il s’y résigner ? Les énergies renouvelables pourraient être une solution.

Pénurie énergétique et risques sanitaires et environnementaux

L’accès à l’électricité dans les pays les plus pauvres est un véritable enjeu de développement et de politique sanitaire. En Afrique notamment, la population rurale représente 60% de la population, mais le raccordement électrique ne progresse que très lentement par manque d’infrastructures de qualité. Faute d’accès à l’électricité, pas de réfrigération possible, ce qui freine la diffusion des vaccins et le développement d’une médecine moderne. Les pandémies qui frappent le continent sont amplifiées par cette situation de manque d’accès à l’énergie de qualité.
 
Dans les pays les plus pauvres, la biomasse traditionnelle, c’est-à-dire essentiellement le bois ou le charbon de bois, constitue encore la première source d’énergie. L’utilisation massive du bois comme source d’énergie domestique est la cause d’une accélération de la déforestation et d’un accroissement des émissions de gaz à effet de serre. On estime également à près de deux millions le nombre de personnes qui meurent chaque année des effets de la pollution liée à la mauvaise qualité de l’énergie utilisée pour la cuisson des aliments.

L’impasse des solutions traditionnelles

Dans les pays pauvres, les solutions traditionnelles comme l’extension du réseau électrique ou le recours aux groupes électrogènes, présentent le défaut de dépendre de l’utilisation des énergies fossiles, ce qui pose la question de leur financement et de leur approvisionnement. Du fait de la pauvreté des infrastructures, chaque projet d’approvisionnement électrique en Afrique pose des problèmes inédits de maintenance des équipements, d’acheminement des pièces détachées, etc.

Les avantages de l’énergie solaire
 
C’est pourquoi le recours aux énergies renouvelables est de plus en plus envisagé comme une piste sérieuse pour réduire la fracture énergétique. Une simple lampe solaire prolonge déjà la journée de travail ou d’études de longues heures utiles dans les pays des zones tropicales et équatoriales, où la nuit tombe tous les jours à 18 heures.

L’électricité solaire est aussi la solution pour alimenter nombre d’équipements indispensables comme des pompes à eau ou des réfrigérateurs, sans parler d’outillage électrique.

Dans une grande moitié du territoire africain (du Maghreb à l’Afrique de l’Est et du Sud), un système de panneaux solaires peut fournir aisément une électricité de qualité pour un coût inférieur à l’électricité produite par groupe électrogène.

Avec l’aide logistique d’ONG telles qu’Electriciens sans Frontières et, par exemple, le support matériel de Legrand, ces solutions deviennent d’ailleurs aujourd’hui une réalité sur le terrain et plus seulement un vœu pieux.
 
Vers une nouvelle donne énergétique ?

Les avantages de l’énergie solaire (possibilité d’équipements de petite taille, simplicité de mise en œuvre et d’entretien…) sont transposables à l’hydraulique. Le réseau hydrographique du Golfe de Guinée à la région des grands lacs est suffisamment dense et puissant pour constituer une ressource énergétique abondante afin d’alimenter de petites centrales hydroélectriques dans toute l’Afrique équatoriale. Enfin, l’éolien pourrait se développer dans les vastes territoires déserts du Sahara ou de la Somalie. De la fracture énergétique, l’Afrique pourrait bien émerger avec le leadership des énergies renouvelables.
 

ARSEL - ENEO : COLLABORATION NUMERIQUE

Dans de cadre de la première rencontre de mise en œuvre de la collaboration numérique dans le secteur de l’électricité, une délégation de l’ARSEL, conduite par son Directeur Général Adjoint, Honoré DEMENOU TAPAMO, a séjourné du 27 novembre au 1er décembre 2017, dans les locaux d’ENEO KOUMASSI de Douala. Outre M. le Directeur Général Adjoint, l’équipe de l’ARSEL était constituée de David TCHAMDJO, Chef de la Cellule de l’Informatique et de la documentation (CID), Georges Valéry TONGA MESSAH, Chargé d’Etudes Assistant à la Sous-direction de la Protection du Consommateur, et Georges BOUESSEKI, Ingénieur à la CID.

Cette visite avait pour objectifs :

  • la prise de contact physique entre les deux équipes désignées ARSEL et ENEO ;
  • la présentation par l’ARSEL des enjeux de la collaboration numérique dans le secteur de l’électricité ;
  • les échanges avec le management d’ENEO et les responsables des projets sur les différentes activités menées et les perspectives de collaboration et de régulation ;
  • la proposition ultérieure par l’ARSEL d’une feuille de route.

Quant à l’hôte ENEO, son équipe était constituée de MM. Hilaire Antony EVINA, Directeur Commercial, Richard TAKE, coordonnateur des Projets, Boniface KHOLA, Key Account Director, John Michael MIDWA, Chief Information Officer, et de l’ensemble de points focaux des projets numériques de la structure.

Le contexte politico-économique étant marqué par le «saut numérique», les signaux de l’adaptation du secteur de l’électricité à l’évolution technologique se font de plus en plus ressentir. Pour éviter de subir les transformations profondes dans tous les aspects de son fonctionnement, notamment de la gestion intelligente de la production, des réseaux de transport et de distribution et la modernisation des procédés de commercialisation, il va sans dire que ce nouveau champ d’opérations informationnelles confère à l’ARSEL, en sa qualité de Régulateur, de suivre de près ces mutations aux fins de maintenir un niveau de régulation conséquent et adapté ; et faciliter l’optique de congruence optimale du développement du numérique avec tous les segments d’activités du secteur de l’électricité au Cameroun.

Le constat général du Régulateur sur le non-respect des aspects législatifs, réglementaires et contractuels sur le partage d’informations l’a amené à interpeller les opérateurs et à s’engager dans la modernisation de la régulation aux fins d’améliorer la performance dans le secteur et résorber l’asymétrie d’information qui impacte négativement cette performance.

L’opérateur ENEO ayant adhéré à cette vision globale d’accélération de la croissance via l’arrimage à l’offre du numérique, les cinq jours d’atelier et d’échanges ont permis de clarifier les attentes, et de poser les jalons de la collaboration numérique avec l’ARSEL. Les parties prenantes ont émis le vœu de porter à la priorité la matérialisation de l’autoroute du numérique dans le secteur de l’électricité et la perspective de son implémentation dans le court terme avec les objectifs suivants:

  • amélioration du niveau de performance du secteur électrique (technique, économique, informationnelle) ;
  • amélioration de la transparence dans le secteur électrique ;
  • amélioration de la performance du régulateur (qualité des décisions, etc.) ;
  • amélioration du service public rendu au consommateur ;
  • amélioration de l’image du régulateur ;
  • préservation du patrimoine du secteur électrique.

En outre, elles ont souhaité pour une meilleure collaboration, la participation de tous les acteurs intervenants dans le secteur de l’électricité (Etat-Concessionnaire-Régulateur et partenaires économiques).






Projet pilote des compteurs à prépaiement : Une mission de l’ARSEL sur le terrain

Dans le cadre du suivi du projet pilote sur les compteurs prépayés mené par l’opérateur ENEO, une mission de l’ARSEL conduite par M. NYOBE Samuel, Directeur des Etudes, a effectué du 31 octobre 2017 au 04 novembre 2017 à Douala une descente sur le site du Projet et auprès de quelques abonnés.

La mission poursuivait les objectifs suivants :

  • adresser toutes les problématiques soulevées par cette innovation (la cyber sécurité, la satisfaction du consommateur, le traitement des plaintes des consommateurs, le suivi du budget du projet, l’évolution des indicateurs financiers du projet au vu de la grille tarifaire utilisée, etc.) ;
  • assister à la clôture effective de la phase zéro du projet pilote, et au lancement de la phase pilote en elle-même ;
  • collecter directement certaines informations non fournies par l’opérateur (les consommations pour tous les clients, le nombre d’achats, le niveau de satisfaction, le registre des plaintes des abonnés, la procédure de résolution des différends, la sécurité des installations en haut de poteaux, etc.) ;

Au terme de cette mission, les constats suivants ont été faits :

  • plus du tiers des abonnés, initialement actifs, et malgré l’installation des compteurs prépayés, consomment l’énergie « en direct » depuis environ un (01) mois sans être inquiétés, car les visites de leurs installations par l’opérateur sont sporadiques voire inexistantes ;
  • près de 95% des abonnés disent ne plus avoir reçu de visites des agents de l’opérateur depuis l’installation des compteurs ;
  • le même pourcentage d’abonnés se disent très satisfaits de leurs nouveaux compteurs ;
  • tous les abonnés rencontrés le recommanderaient à une autre personne ;
  • les investissements réalisés dans le cadre du projet prepaid seront pris en compte dans la Base Tarifaire après la validation de la procédure de transfert en immobilisation par le Régulateur.

La mission ARSEL a également constaté que l’équipe de projet de l’opérateur ENEO n’est pas homogène et cohésive. Un certain nombre d’internalités  l’impactent négativement et, de ce fait, le projet en lui-même. C’est ainsi que :

  • les préoccupations du Régulateur à propos de l’impact des nouveaux compteurs sur la fraude en particulier, et sur le rendement de distribution en général n’ont pas été levées ;
  • le rapport des tests de toutes les plateformes sollicités n’a pas été transmis au Régulateur ;
  • l’implication des équipes techniques appropriées, au-delà des équipes commerciales qui semblent prendre le dessus au détriment du suivi du projet, a été remarquée.

Au terme de sa mission, l’équipe de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité formule les recommandations suivantes pour une bonne implémentation du projet pilote des compteurs à prépaiement:

- Sur le volet technique et de la qualité de service :

  • les visites plus régulières des installations prépayées auprès des abonnés afin de détecter rapidement les cas de fraude que cette nouvelle technologie est sensée traquer ;
  • la mise en place d’une véritable stratégie d’analyse des données collectées par la plateforme prépayée afin de détecter rapidement les nids de fraude par l’analyse des habitudes de consommation des abonnés ;
  • le développement d’une stratégie réelle de traitement des plaintes des abonnés prépayés ;

- Sur le volet informatique :

  • la transmission au Régulateur des rapports de test de toutes les plateformes décrites ci-dessus, ainsi que le rapport de test in situ de l’expiration des token sur des périodes assez longues (mois, année).

 

Energies renouvelables : La quête de nouvelles solutions

L’ARSEL est résolument engagée dans la promotion de la production et l’usage des énergies renouvelables et du solaire. C’est dans l’optique d’améliorer et de parfaire cette politique de production d’énergie électrique au naturel qu’une délégation de l’Agence, constituée de MEDOU Larissa (Service de l’Audit et du Contrôle Interne) et MENGUE NGABA Anne Joëlle épse YOLLO (Direction des Etudes) a pris part, du 23 au 27 octobre 2017 à deux conférences importantes relatives à l’accès à l’énergie en Afrique.

La première de ces conférences avait pour le thème : « Offgrid Government Industry Dialogue ». Quant à la deuxième, elle avait pour thème : « Unlocking Solar Capital Africa »

Autour de ces rencontres du donner et du recevoir, il a été question d’une part, d’apprendre des expériences mutuelles et des meilleures pratiques à travers les pays africains et des experts facilitateurs (BAD, GOGLA, SE4ALL) ; de comprendre les modèles efficaces de production rapide et fiable de l’énergie électrique (les opportunités, les limites, les risques). Et, d’autre part, d’analyser les solutions susceptibles de faciliter le déblocage du capital solaire en Afrique.

La première rencontre s’est tenue le 24 octobre 2017 au siège du Centre de Commerce International d’Abidjan (CCIA). Elle a vu la participation des représentants des institutions gouvernementales africaines du secteur de l’électricité, des représentants d’institutions bancaires et de l’industrie solaire, et les investisseurs. Au cours de celle-ci, il a été présenté aux participants la première version d’un guide intitulé : « Providing Energy Access through Off-Grid-Solar » par M. KOEN Peters, Directeur exécutif à GOGLA destiné aux gouvernements. Il s’agit d’un document qui offre un aperçu global des aspects à prendre en compte lors de la conception des politiques et programmes destinés à atteindre des objectifs d’accès à l’énergie solaire à l’horizon 2030.

Les débats ont tourné autour, entres autres, du rôle crucial des gouvernements dans la promotion de l’accès à l’énergie grâce à des solutions axées sur le marché ; des tarifs ou subventions nécessaires à l’accélération de l’accès universel à l’électricité ; de l’accès à l’énergie par la mise sur pied d’une planification intégrée de l’électrification ; de la promotion de la qualité pour la protection des consommateurs.
Quant à la deuxième rencontre, elle s’est tenue du 25 au 26 novembre 2017, au Radisson Blu Hôtel Elle a réuni principalement des investisseurs privés, des institutions bancaires, des fabricants de solutions solaires hors réseau et des représentants d’institutions gouvernementales. Ici, l’objectif était d’analyser les solutions pouvant faciliter le déblocage du capital solaire en Afrique.

Les suggestions suivantes ont été faites, notamment : le financement public à travers des exonérations fiscales ou des campagnes pour promouvoir la qualité dans le marché ; les exonérations de taxe préférables aux subventions, moins susceptibles de provoquer une distorsion du marché ; la densification des campagnes de vulgarisation dans le but d’informer les populations, les revendeurs et les distributeurs.

Au total, ces deux conférences ont permis d’identifier les facteurs de blocage à l’accès à l’électricité dans les zones hors réseau en Afrique et les opportunités qui pourront plutôt permettre d’accélérer l’accès à l’énergie pour tous en Afrique. Ainsi, les gouvernements sont encouragés à apporter des réformes sur le plan politique et réglementaire, l’accès à l’électricité étant un choix politique qu’ils ont entre leurs mains.

Efficacité énergétique : Conseils pratiques.

Vous avez sûrement entendu parler d’efficacité énergétique et de sobriété énergétique! C’est le fait de consommer efficacement l’énergie disponible, car nos activités quotidiennes sont très énergivores. En pratiquant l’efficacité énergétique nous utilisons rationnellement l’énergie et cela a pour effet, entre autres, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, permettant ainsi au Cameroun de remplir ses engagements de protection de l’environnement pris du plus haut niveau lors de la COP 21. En adoptant des solutions qui favorisent efficacité énergétique nous dépensons moins d’argent pour une satisfaction équivalente en énergie.

Bien que l’importance de cette pratique de efficacité énergétique soit reconnue, beaucoup reste à faire pour diffuser les solutions y afférentes. C’est dans cette optique que l’ARSEL vous propose quelques-unes à utiliser dans cette rubrique de conseils pratiques.

Eclairage :
1. Privilégier toujours les apports de l’éclairage naturel;
2. Adapter la puissance des lampes en fonction des besoins. Ceci permet d’économiser jusqu’à 70% sur les dépenses d’éclairage;
3. Penser à éteindre les lampes en quittant une pièce;
4. Eteindre la lumière dont on n’a pas besoin, on économise l’énergie et on préserve son budget;
5. Economiser davantage d’électricité en utilisant les lampes basses consommations qui consomment de 3 à 5 fois moins d’énergie et qui durent entre 6 et 10 fois plus que les ampoules classiques (à incandescence);
6. Installer les lampes basses consommations en priorité dans les lieux à forte demande d’éclairage et à longue durée d’utilisation;
7. En utilisant les lampes basses consommations, on paye plus cher à l’achat, mais on amortit rapidement la différence de prix grâce au très faible coût d’utilisation;
8. Penser à dépoussiérer régulièrement les ampoules et les luminaires pour maintenir le confort visuel et pour éviter d’augmenter l’éclairage artificiel;
9. Placer des interrupteurs à système de va – et - vient : pratique pour allumer d’un côté sans oublier d’éteindre de l’autre.
10. Une ampoule économe en énergie de 20W fait épargner au cours de sa vie environ 600 kWh;

Appareils en veille:
1. Les appareils électroniques (TV, récepteur, ordinateur, chaîne stéréo…) qui restent en veille pendant une journée consomment autant que lorsqu’ils sont allumés pendant 4 heures, soit environ l’équivalent de 2 mois de fonctionnement par an : penser à les arrêter complètement. Ceci permet de prolonger leur vie tout en assurant des économies d’énergie appréciables.

Fer à repasser:
1. Veiller à ce que le linge ne soit ni trop sec, ni trop humide : ceci évite une perte de temps et d’énergie ;
2. Trier le linge en fonction de la température de repassage et commencer à repasser à basse température.

Réfrigérateur:
1. Dans un ménage, le réfrigérateur constitue la plus importante source de consommation avec plus de 40% de la facture d’électricité. Pour réduire la consommation d’énergie du réfrigérateur, le disposer loin de toute source de chaleur (cuisinières, chauffage, etc…) et éviter de laisser la glace s’accumuler;
2. Penser à dégivrer le réfrigérateur dès que la couche de glace atteint les 3cm d’épaisseur;
3. Penser à vérifier régulièrement l’étanchéité du joint de la porte de votre réfrigérateur en vue d’éviter les déperditions de frigories. Pour ce faire, fermer la porte sur une feuille de papier et essayez de la retirer. Si celle-ci ne tient pas, vos joints sont à revoir;
4. Laisser refroidir les plats chauds avant de les introduire à l’intérieur du réfrigérateur !
5. Refermer rapidement et convenablement le réfrigérateur après chaque utilisation;
6. Nettoyer régulièrement avec un chiffon sec la grille de condensation située à l’arrière du réfrigérateur, ceci permet de réduire la consommation d’énergie de l’appareil.

Climatisation:
1. Lors de l’acquisition d’un climatiseur, consulter un spécialiste, car la puissance de l’appareil doit être adaptée aux pièces à climatiser;
2. Le réglage du climatiseur à 26° procure un confort acceptable et permet des économies d’énergie;
3. Garder les portes et les fenêtres des chambres fermées lors de l’utilisation des appareils de climatisation;
4. Ventiler peut être parfois suffisant : il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser le climatiseur pour se faire rafraîchir; un ventilateur de plafond ou portatif suffit pour vous procurer une sensation de bien-être en faisant circuler l’air de la pièce.

POINT FOCAL GENRE : Rôle et responsabilité.

Dans le cadre de la promotion et de l’institutionnalisation de la problématique du Genre et du suivi  de la mise en œuvre de la politique nationale en matière de genre, le gouvernement a mis en place les points focaux genres au sein des administrations tant publiques que parapubliques.

Il convient d’en rappeler la définition, le rôle et la responsabilité.

Définition du concept « genre » : le terme genre fait référence aux rôles, aux activités, aux comportements qu’une société juge appropriés pour les hommes ou pour les femmes. Il désigne aussi les relations entre les femmes et celle entre les hommes. Ces attributs et relations sont socialement construits et assimilés pendant le processus de socialisation.

Le point focal genre (PFG) est une personne désignée au sein d’une institution ou d’une organisation pour suivre et stimuler une plus grande prise en compte des questions touchant l’égalité des genres dans les activités quotidiennes de l’institution.

Il a pour rôle d’accompagner son administration d’attache dans la mise en œuvre des orientations de politique
nationale genre. Pour ce faire il :

  • élabore et propose des outils d’analyse et d’intégration de la problématique genre dans les différentes activités de l’institution sous le contrôle du chef de l’institution et en collaboration avec le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille ;
  • joue le rôle de système d’alerte et d’information du chef de son administration d’attache sur les cas de discriminations basées sur le genre ;
  • assure le suivie de la promotion du genre ;
  • assure la collecte de la documentation relative à la promotion du genre ;
  • suit l’évolution de carrières des femmes de son administration d’attache et adresse un rapport au chef d’institution ;
  • participe à la négociation des partenariats en matière de promotion des droits des femmes, dans le respect de la réglementation en vigueur, et sur autorisation du chef de son institution ;
  • propose toute mesure favorable à l’évolution de la situation des femmes dans son secteur d’appartenance.

Contrairement à l’entendement commun, populaire, le point focal genre n’est pas le représentant des femmes dans la mesure où, la femme n’est pas « la cible » de la politique de genre, mais plutôt « une des cibles » de la politique de genre.

Le point focal genre est un agent du changement dont le rôle spécifique est de plaider pour et faciliter, la communication concernant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

La nécessité de l’approche genre dans les projets de développement.

L’approche genre et une méthodologie qui se veut participative  et  transversale. Elle aborde tous les champs du développement. Au travers d’une analyse critique, comparée de la situation des femmes et des hommes, cette approche permet une meilleure prise en compte des inégalités dans tous les secteurs du développement.

Du fait de leurs différences les hommes et les femmes ont des capacités et des savoirs distincts. L’intégration du genre dans les projets de développement permet la mise en commun de cette diversité de capacités et de potentiels, favorisant ainsi un développement participatif et plus efcace, dans le respect des différences inhérentes à chaque genre.

En outre, une approche qui se polarise sur un genre spécifque ne contribue pas à établir des rapports équitables entre les genres, d’où l’échec des précédentes approches de développement essentiellement axées sur la condition des femmes.

L’approche genre appliquée dans les projets de développement vise une société plus juste et égalitaire, en priorisant un développement centré sur l’humain. Elle est une condition de l‘efcacité des actions de développement .

Toutefois, l’intégration de l’approche genre doit toujours être contextualisée.

MISSION DE CONTROLE a

Dans le cadre de sa mission de contrôle des programmes d’investissement et des obligations de desserte des opérateurs, les équipes de l’ARSEL en service à la Sous-Direction du Contrôle Technique et de la Qualité de Service (SDCTQS) conjointement avec la Sous-Direction de la Protection du Consommateur  (SDPC), entendent  effectuer une descente sur le terrain du 03 au 11 septembre 2017 et du 17 au 25 septembre 2017 dans les villes secondaires des dix régions du Cameroun en deux étapes, afin de vérifier le niveau de mise en œuvre des recommandations issues des précédentes missions de dessertes d’une part, et les actions implémentées pour réduire les délais de réalisation des branchements d’autres part.

Le programme de la descente est indiqué dans le tableau ci-après :

 

Etape

 

Date

 

Localités

Du 03 au 11 septembre 2017

 

03/09/2017

Départ

04/09/2017

Betaré-Oya + Garoua Boulai (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

 

05/09/2017

Meiganga + Nyambaka (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

 

06/09/2017

Ngong + Poli (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

07/09/2017

Guider (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

08/09/2017

Kaélé (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

10/09/2017

Figuil ((agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

11/09/2017

Abong-Mbang (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

Du 17 au 25 septembre 2017

 

17/09/2017

Départ

17/09/2017

Ombessa + Bafia + Tonga (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

18/09/2017

Banganté (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

19/09/2017

Kumbo (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

20/09/2017

Fokoue + Dschang (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

21/09/2017

Nkongsamba (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

22/09/2017

Tiko + Limbe (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

23/09/2017

Edea (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

25/09/2017

Boumnyebel (agence commerciale + visite des branchements sur le terrain)

COMMUNIQUE ADDENDUM ASMI ERD-RUMPI

ADDENDUM A L’AVIS DE SOLLICITATION A MANIFESTATION D’INTERET N°002/ASMI/ARSEL/DG/DE/2017 DU 17/07/2017 POUR L’EXPLOITATION DE LA PETITE CENTRALE HYDROELECTRIQUE (PCH) FALLS 210 DANS LA REGION DU SUD-OUEST DU CAMEROUN.
   
Le Directeur Général de L’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL) communique :

La date limite de dépôt des offres relatives à l’Avis de Sollicitation à Manifestation d’Intérêt N° 002/ASMI/ARSEL/DG/DE/2017 du 17 juillet 2017 pour l’exploitation de la Petite Centrale hydro 2,9 MW Falls 210 dans la région du Sud-Ouest du Cameroun est reportée au 30 août 2017.



LE DIRECTEUR GENERAL,

Jean Pierre KEDI

PRODUCTION DES SUPPORTS DE COMMUNICATION DE FIN D’ANNEE 2017.

CONSULTATION N° 02/DC/ARSEL/DG/DAAFRH/CCRP/CIPM 2017 du  04 AOUT 2017
Pour la production des supports de communication de fin d’année de  l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité au titre de l’exercice 2017

1. Objet de la consultation   
Le Directeur Général de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL) lance une consultation pour solliciter la production des supports de communication de fin d’année.

2. Consistance des prestations
Les prestations à exécuter sont définies dans le dossier de demande de cotation et portent essentiellement sur l’impression, la confection des calendriers et cartes de vœux 2017, ainsi que le marquage et la fourniture des gadgets publicitaires pour l’ARSEL.

3. Participation et origine
La participation à la présente demande de cotation est ouverte aux entreprises spécialisées dans la communication par l’objet, l’imprimerie, l’édition, la production numérique ou tout autre domaine connexe.

4. Financement
Les prestations, objet de la présente Consultation, seront financées par le budget de l’ARSEL, Ligne 612 082 23, exercice 2017.

Les prestations minimales attendues sont précisées dans les termes de référence.

5. Consultation du dossier de demande de cotation
Le dossier de consultation peut être consulté aux heures ouvrables auprès du Pool des Marchés de l’ARSEL sis au quartier Bastos, à proximité de l’Eglise Orthodoxe dès publication du présent avis.

6. Acquisition du dossier
Le dossier complet peut être retiré dès publication du présent avis auprès du Secrétariat des marchés de l’ARSEL,  Tél. 222 21.10.14 contre présentation d’une quittance de versement de la somme non remboursable de vingt-cinq (25 000) FCFA dans l’un des comptes suivants ouverts au nom de l’ARMP dans les livres de la BICEC sous les numéros 33598860001/44 à Yaoundé et 33598860001/39 à Douala – Bonanjo

7. Caution de soumission
Le montant de la caution de soumission est de 180 000 (cent quatre-vingt mille) F CFA.

8. Remise des offres
Chaque offre rédigée en français ou en anglais en cinq (05) exemplaires dont un original et quatre (04) copies marquées comme telles, devra être déposée contre récépissé au Service des Marchés de l’ARSEL, sis à proximité de l’Eglise Orthodoxe au quartier Bastos, BP 6064 Yaoundé, téléphone 222-21-10-14, au plus tard le 04 SEPT 2017 à 12 heures locales et devra porter la mention :


Dossier de demande de cotation
N° 02  /DC/ARSEL/DG/DAAFRH/CCRP/CPM/2017 du 04 AOUT 2017
Pour la production des supports de communication de fin d’année de  l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité au titre de l’exercice 2017
« A n’ouvrir qu’en séance de dépouillement »

9. Recevabilité des offres
Sous peine de rejet les pièces administratives requises devront être produites en originaux ou en copies certifiées conformes. Elles devront obligatoirement dater de moins de trois (03) mois.

Toute offre incomplète conformément aux prescriptions du Dossier de Consultation sera déclarée irrecevable. Notamment l'absence de la caution de soumission délivrée par une banque de premier ordre agréée par le Ministère chargé des Finances.

10-  Ouverture des offres
L’ouverture des offres se fera en un temps le 04 SEPT 2017 à 14 heures par la Commission Interne de Passation des Marchés de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité dans la petite salle de réunion sise au quartier Bastos à Yaoundé

11. Délai d’exécution
Le délai d’exécution prévu par le maître d’ouvrage pour la production des supports de communication de fin d’année est de deux (02) mois renouvelable sous condition de l’autorisation de l’autorité chargée des marchés publics.

12. Principaux critères éliminatoires
     -   Dossier administratif non- conforme ;
     -   Production d’une pièce falsifiée ou fausse déclaration ;

13. Critères d’évaluation
Les principaux critères d’évaluation sont les suivants :

CRITERES

APPRECIATION

Oui

Non

1

Présentation de l’offre (pagination, page de garde, sommaire)

 

 

2

Références générales de l’entreprise

 

 

3

Capacité de financement (5 000 000 FCFA)

 

 

4

Connaissance des TDR

 

 

5

Méthodologie et organisation

 

 

14. Durée de validité des offres
Les soumissionnaires restent engagés par leurs offres pendant 60 jours à partir de la date limite fixée pour la remise des offres.

15. Renseignements complémentaires
Les renseignements complémentaires peuvent être obtenus aux heures ouvrables au Siège de l’ARSEL, sis à côté de l’Eglise Orthodoxe Yaoundé Bastos, B.P. 6064 Yaoundé, Tél. : 222 21 10 11, fax : 222 21 10 14, auprès de la Cellule de Communication et des Relations Publiques.


Yaoundé, 04 AOUT 2017

LE DIRECTEUR GENERAL

Jean Pierre KEDI

PRODUCTION OF 2017 END OF YEAR COMMUNICATION SUPPORTS.

CONSULTATION N° 02 / DC / ARSEL / DG / DAAFRH / SDAA / CIPM 2017/ 04 AUG 2017
For the production of end of year communication supports for the Electricity Sector Regulatory Agency for the year 2017.

1. Purpose of the consultation

The General Manager of the Electricity Sector Regulatory Agency (ARSEL) launches a consultation to solicit the production of end of year communications supports.

2. Consistency of Services

The services to be performed are defined in the price quotation file and focus on printing, making of calendars and greeting cards for 2017, as well as marking and providing advertising gadgets  for ARSEL.

3. Participation and origin

Participation in this price quote is open to companies specialized in communication by object, printing, publishing, digital production or other related fields.

4. Financing

The services which are the subject of this consultation, will be financed from the 2017 budget of ARSEL, Line 612 081-211.

The minimum expected results are specified in the terms of reference.

5. Consultation of the Price Quote Package

The file may be consulted during working hours at the Secretariat of the Procurement Commission of ARSEL, located close to the Orthodox Church in Bastos, on publication of this notice.

6. Acquisition of Quotation File

This file can be obtained from the Secretariat of the Procurement Commission in ARSEL, Tel. 222 21 10 14, upon publication of this notice, following the payment of a non-refundable fee of twenty five  thousand (25 000) francs in the following ARMP BICEC accounts : N° 33598860001/44 in Yaounde and N° 33598860001/39 in Bonanjo-Douala.

7. Bid bond

The amount of the bid bond is 180 000 (one hundred and eighty thousand) Francs CFA.

8. Submission of offers

Each offer drafted in French or English in five (05) copies, one original and four (04) copies marked as such, will be deposited against receipt to the Secretariat of the Procurement Commission of ARSEL, located near the Orthodox Church in Bastos, P.O. Box 6064, Yaounde, phone 222-21-10-14, no later than 04 SEPT 2017 at 12 noon local time and will be marked:

Quotation Request file
No  02/ DC / ARSEL / DG / DAAFRH / SDAA / CMP / 2017 of 04 AUG 2017
                   For the production of end of year communication supports for the Electricity Sector Regulatory Agency  for the financial year 2017
"To be opened only during the counting session"


9. Admissibility of offers

To avoid rejection, necessary administrative documents shall be produced in originals or certified true copies. They must be dated less than three (03) months.

Any incomplete offer in accordance with the requirements of the Consultation Package will be declared inadmissible. Notably, the absence of the bid bond issued by a bank of first order approved by the Ministry of Finance.

10. Opening of bids

Bids will be opened on 04 SEPT 2017 at 2pm by the Internal Procurement Commission of the Electricity Sector Regulatory Agency (ARSEL) in the small conference room.

11. Dead Line for Execution

The time limit prescribed by the contracting authority for the production of end of year communication supports is two (02) months, renewable under the authorization of the organ in charge of government contracts.

12. Main eliminatory criteria
     - non-conformity of Administrative file;
     - Production of forged documents or false representation;

13. Evaluation Criteria
The main evaluation criteria are :   

CRITERIA

APPRECIATION

Yes

No

1

Presentation of the offer (pagination, cover page, summary)

 

 

2

General reference of the company

 

 

3

Financial capacity (5 000 000FCFA)

 

 

4

Knowledge of the Terms of References

 

 

5

Methodology and organisation

 

 

14. Tender validity Time

Tenderers are bound by their tenders for 60 days, from the deadline for the submission of tenders.

15. Complementary information

Further information may be obtained during working hours at the Headquarters of ARSEL, located next to the Orthodox Church Bastos, Yaounde, P. O. Box 6064, Tel. : 222 21 10 11,  Fax: 222 21 10 14, from the Communication and Public Relations Unit.

Yaounde, 04 AUG 2017

THE GENERAL MANAGER

Jean Pierre KEDI

PUBLIC NOTICE : PERENCO

The general public is hereby informed that the company PERENCO CAMEROON S.A is seeking for an authorization to generate electricity for its Gas Treatment Center (CTG) at BIPAGA (Lokoundje sub-division, Ocean Division).

Any Physical or moral persons whose rights may be infringed on during execution of the project should indicate officially to the Electricity Sector Regulatory Agency (ARSEL).This should be done  within a period of twenty-one (21) days from the date of publication of this notice.

The General Manager

Jean Pierre KEDI.

RUMPI - COMMUNIQUE

AVIS DE SOLLICITATION A MANIFESTATION D’INTERET N°002/ASMI/ARSEL/DG/DE/2017 DU 17/07/2017 POUR L’EXPLOITATION DE LA PETITE CENTRALE HYDRO-ÉLECTRIQUE (PCH) FALLS 210 DANS LA REGION DU SUD-OUEST DU CAMEROUN

RUMPI - RELEASE

NOTICE  FOR THE MANIFESTATION OF INTEREST
No 002/ASMI/ARSEL/DG/DE /2017 OF 17/07/2017 FOR THE EXPLOITATION OF THE SMALL HYDRO-ELECTRIC POWER PLANT (PCH) FALLS 210 IN THE SOUTH WEST REGION OF CAMEROON

COMMUNIQUE FINAL DE LA XXXVIIème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

L’an 2017, le quatorze du mois de juillet, s’est tenue dans la salle de conférence du Bois St Anastasie de Yaoundé, la trente septième (XXXVIIème) session ordinaire du Conseil d’Administration de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL), sous la Présidence de Monsieur Jean Marie ALEOKOL, Président dudit Conseil. Monsieur Jean Pierre KEDI, Directeur Général, rapportait les affaires inscrites à l’ordre du jour.

Après audition du rapport de l’auditeur externe, les Administrateurs ont adopté le compte administratif, le rapport d’exécution et le compte de gestion de l’exercice 2016 de l’ARSEL.

A la suite de la présentation du rapport de fonctionnement de l’Agence du premier semestre 2015, les membres du Conseil ont salué les mesures prises par la Direction Générale de l'Agence pour assurer une régulation durable du secteur de l'électricité au Cameroun, tout en prescrivant la rigueur dans l'exécution du budget.

Le Conseil d'Administration a encouragé la Direction Générale de l'ARSEL à poursuivre ses contributions proactives pour le développement du secteur de l'électricité au Cameroun. Cela inclut les efforts dans l'amélioration des tarifs de l’électricité, la collaboration avec les acteurs du secteur, la construction de l’immeuble siège de l’Agence, le renforcement des capacités a travers les partenariats, la protection des intérêts des consommateurs et des investisseurs, tout en respectant les règles et règlements du secteur.

Enfin, le Conseil d’Administration a félicité la Direction Générale pour les résultats obtenus, d’une part, et d’autre part, pour la clarté et la bonne qualité des documents présentés ainsi que la bonne marche de l’Agence.



Fait à Yaoundé, le 14 juillet 2017
   
Le Président du Conseil d’Administration


Jean Marie ALEOKOL

FINAL RELEASE OF THE XXXVIIth ORDINARY SESSION OF THE BOARD OF DIRECTORS MEETING

The thirty seventh (XXXVIIth) ordinary session of the Board of Directors meeting of the Electricity Sector Regulatory Agency (ARSEL), held at the conference hall of the “Bois St Anastasie” in Yaounde, on Friday the fourteenth of July, 2017, presided over by Mr. Jean Marie ALEOKOL, President of the Board. The General Manager, Mr. Jean Pierre KEDI, ensured the secretariat for the meeting.

Having listened to the report of the external auditor, the Board members have adopted the administrative account, the execution report and the management account of ARSEL for the year 2016.

After the presentation of the management report of the Agency for the first half of the year 2017, the Board members have commended the actions implemented by the Management of the Agency to ensure a sustainable regulation of the electricity sector in Cameroon, while prescribing rigor in the execution of the budget. 

The Board of Directors encouraged the Management of ARSEL to continue in their contributions for the development of the electricity sector in Cameroon. These included efforts towards improving the electricity tariffs, the collaboration with stakeholders in the sector, the construction of a befitting structure to host the Agency, the reinforcement of capacities through partnerships, the protection of the interest of consumers and investors, while ensuring the respect of the rules and regulations governing the sector.

Finally, the Board congratulated the Management for the successes achieved on the one hand, and on the other hand, for the clarity and good quality of the documents submitted, as well as the smooth running of the Agency.



Done in Yaounde, this 14th day of July, 2017

The President of the Board of Directors

Jean Marie ALEOKOL.

     

** Copyright © 2008 - 2013 - ARSEL - Agence de Régulation du Secteur de l'Electricité - Cameroun**