Dialogue régulateur – acteurs du secteur : Rencontre de haut niveau ARSEL/KPDC.

Dans le cadre du Dialogue Régulateur- Acteurs du Secteur (DRAS), une rencontre de haut niveau entre ARSEL et KPDC s’est tenue du 7 au 8 mars 2018, dans les locaux de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL) à Yaoundé, sur le thème « l’électricité : facteur de production et ressource de l’émergence ».

Les Directeurs Généraux et leurs experts respectifs qui ont pris part à ladite rencontre ont échangé sur plusieurs thèmes parmi les lesquels :

  • la relation de travail :  ARSEL a sollicité de KPDC la mise à sa disposition des formats de reporting relatifs aux informations techniques, financières et juridiques;
  • l’extension de la centrale de KPDC : les experts sont convenus que KPDC devra l’envisager sur la base de la meilleure technologie et au moindre coût d’exploitation pour un coût d’énergie optimal;
  • les caractéristiques du signal fourni : les parties ont réitéré la nécessité pour l’ARSEL de convoquer une réunion urgente entre SONATREL, KPDC, DPDC et ENEO afin d’établir une plateforme de discussions sur la stabilité du réseau. Aussi, KPDC devra-t-il proposer son analyse sur les problèmes de décrochage propres à ses installations;
  • le traitement des données : l’ARSEL et KPDC ont prévu de concevoir un format d’échange des données, évaluer la possibilité que l’ARSEL ait une fenêtre sur le SCADA existant et proposer un plan d’action de collaboration. Par ailleurs, les travaux porteront également sur la cyber sécurité;
  • la tarification de l’électricité : l’ARSEL a rappelé à KPDC qu’un audit des coûts de développement, de construction et d’exploitation a été programmé en juin 2017. Mais compte tenu de certaines contraintes, il n’a pas été réalisé. Ledit audit a été reprogrammé pour l’exercice 2018;
  • l’impact de l’électricité sur la compétitivité des entreprises et sur le budget des ménages : l’ARSEL a évoqué la problématique soulevée par les entreprises en zone franche industrielle quant au coût élevé de l’électricité. En dehors des responsabilités qui sont les leurs dans la gestion de leurs contrats avec Eneo et de leur gestion interne de l’électricité, il est apparu qu’un coût élevé de l’électricité baisse la compétitivité des entreprises. A cet effet, et pour permettre un coût de l’énergie moins élevé, il a été rappelé à KPDC dans le cadre de son extension envisagée d’acquérir les technologies moins gourmandes en combustible et en maintenance;
  • l’amélioration de la balance des paiements dans le secteur de l’électricité : KPDC s’engage à exploiter les compétences locales dans le cadre de l’entretien de la centrale.

A la fin des travaux, Le Directeur Général de KPDC a évoqué le problème de l’extension de sa centrale et a émis le vœu de voir ARSEL accompagner sa structure dans la recherche d’une solution pérenne. Il a par ailleurs sollicité que l’ARSEL lui apporte ses éclaircissements et propositions sur les points concernant les relations contractuelles entre les Producteurs Indépendants d’Energies (IPP) et la SONATREL, et rappelé qu’une correspondance a été récemment envoyée au MINEE à l’effet de rappeler les dispositions contractuelles en vigueur et la nécessité d’en tenir compte dans la mise en œuvre d’un nouveau cadre contractuel.

Pour sa part, le Directeur général de l’ARSEL a fait part de sa conviction quant à l’importance de la plateforme de dialogue mise en place et émis le vœu de voir la relation Régulateur - Régulé faciliter la viabilité et le développement de KPDC et la création des conditions de régulation pour l’accroissement de la capacité électrique disponible minimale de 3000 MW à l’horizon 2020.

     

** Copyright © 2008 - 2013 - ARSEL - Agence de Régulation du Secteur de l'Electricité - Cameroun**