Energies renouvelables : La quête de nouvelles solutions

L’ARSEL est résolument engagée dans la promotion de la production et l’usage des énergies renouvelables et du solaire. C’est dans l’optique d’améliorer et de parfaire cette politique de production d’énergie électrique au naturel qu’une délégation de l’Agence, constituée de MEDOU Larissa (Service de l’Audit et du Contrôle Interne) et MENGUE NGABA Anne Joëlle épse YOLLO (Direction des Etudes) a pris part, du 23 au 27 octobre 2017 à deux conférences importantes relatives à l’accès à l’énergie en Afrique.

La première de ces conférences avait pour le thème : « Offgrid Government Industry Dialogue ». Quant à la deuxième, elle avait pour thème : « Unlocking Solar Capital Africa »

Autour de ces rencontres du donner et du recevoir, il a été question d’une part, d’apprendre des expériences mutuelles et des meilleures pratiques à travers les pays africains et des experts facilitateurs (BAD, GOGLA, SE4ALL) ; de comprendre les modèles efficaces de production rapide et fiable de l’énergie électrique (les opportunités, les limites, les risques). Et, d’autre part, d’analyser les solutions susceptibles de faciliter le déblocage du capital solaire en Afrique.

La première rencontre s’est tenue le 24 octobre 2017 au siège du Centre de Commerce International d’Abidjan (CCIA). Elle a vu la participation des représentants des institutions gouvernementales africaines du secteur de l’électricité, des représentants d’institutions bancaires et de l’industrie solaire, et les investisseurs. Au cours de celle-ci, il a été présenté aux participants la première version d’un guide intitulé : « Providing Energy Access through Off-Grid-Solar » par M. KOEN Peters, Directeur exécutif à GOGLA destiné aux gouvernements. Il s’agit d’un document qui offre un aperçu global des aspects à prendre en compte lors de la conception des politiques et programmes destinés à atteindre des objectifs d’accès à l’énergie solaire à l’horizon 2030.

Les débats ont tourné autour, entres autres, du rôle crucial des gouvernements dans la promotion de l’accès à l’énergie grâce à des solutions axées sur le marché ; des tarifs ou subventions nécessaires à l’accélération de l’accès universel à l’électricité ; de l’accès à l’énergie par la mise sur pied d’une planification intégrée de l’électrification ; de la promotion de la qualité pour la protection des consommateurs.
Quant à la deuxième rencontre, elle s’est tenue du 25 au 26 novembre 2017, au Radisson Blu Hôtel Elle a réuni principalement des investisseurs privés, des institutions bancaires, des fabricants de solutions solaires hors réseau et des représentants d’institutions gouvernementales. Ici, l’objectif était d’analyser les solutions pouvant faciliter le déblocage du capital solaire en Afrique.

Les suggestions suivantes ont été faites, notamment : le financement public à travers des exonérations fiscales ou des campagnes pour promouvoir la qualité dans le marché ; les exonérations de taxe préférables aux subventions, moins susceptibles de provoquer une distorsion du marché ; la densification des campagnes de vulgarisation dans le but d’informer les populations, les revendeurs et les distributeurs.

Au total, ces deux conférences ont permis d’identifier les facteurs de blocage à l’accès à l’électricité dans les zones hors réseau en Afrique et les opportunités qui pourront plutôt permettre d’accélérer l’accès à l’énergie pour tous en Afrique. Ainsi, les gouvernements sont encouragés à apporter des réformes sur le plan politique et réglementaire, l’accès à l’électricité étant un choix politique qu’ils ont entre leurs mains.

     

** Copyright © 2008 - 2013 - ARSEL - Agence de Régulation du Secteur de l'Electricité - Cameroun**